QUI SOMMES-NOUS ?

Société de Recherches Archéologiques du Pays Chauvinois

Fondée en 1956 par quelques passionnés, cette association conçue selon la loi de 1901, a pour but d’étudier et de mettre en valeur le patrimoine sous ses formes les plus variées afin d’en préserver, dans la mesure de ses possibilités, les éléments majeurs et de le faire partager à tous les publics.
Des premières fouilles dans le château Baronnial et la création du musée des traditions populaires et d’archéologie dans l’ancien presbytère de Saint-Martial au cœur de la cité médiévale, au chantier de fouille programmée du site gallo-romain du Gué-de-Sciaux (Antigny) et à l’aménagement intérieur du Donjon de Gouzon, beaucoup de volonté et de travail ont été déployés, motivés essentiellement par l’amour et le respect d’une ville, d’un terroir et des traditions anciennes.

La gestion des musées

La Société de Recherches Archéologiques gère par convention avec la Ville le musée municipal (musée contrôlé par la direction des Musées de France) et l’Espace d’Archéologie Industrielle du Donjon de Gouzon.
Ses membres concentrent leurs recherches sur l’histoire du pays chauvinois et ses environs, sur les industries anciennes, les vestiges d’activités agraires, l’occupation antique, ... autant de sujets abordés lors de ses réunions publiques mensuelles (tous les premiers mercredis du mois, sauf en juillet, août et septembre) et d’articles dans le bulletin annuel de l’association le Pays Chauvinois.

Les fouilles archéologiques

La fouille archéologique constitue l’une des activité principale de la S.R.A.C., d’abord réalisée sur des sites proches de Chauvigny, tumulus des Bruns (Valdivienne), villa gallo-romaine de Chalonges, agglomération antique de Saint Pierre-les-Églises, villa de la Croix d’Asnières (Pouillé), sépulture de Lussac-les-Châteaux..., elle se concentre maintenant sur le site du Gué-de-Sciaux commune d’Antigny, à l’emplacement d’une agglomération gallo-romaine. Située de part et d’autre de la Gartempe, cette ville de 25 hectares environ avait été découverte au XIXe s. et partiellement explorée par le révérend Père de La Croix, des décennies plus tard Christian Richard redécouvrait ce site au cours de ses prospections aériennes et révélait l’ampleur des vestiges enfouis. En 1982 a débuté, sous la direction de Christian Richard et l’équipe de la S.R.A.C, une fouille de sauvetage sur le théâtre puis sur les thermes de cette agglomération. Depuis 1984, un des sanctuaires est encours de fouilles, il constitue un des sites de référence pour l’appréhension des pratiques religieuses gallo-romaines.

Une maison d'édition : l'A.P.C.

L’Association des Publications Chauvinoises, présidée par Max Aubrun, a été créée en 1994 pour la publication des travaux de la S.R.A.C., elle édite également des chercheurs venus d’horizons variés (CNRS, Université, Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales, Direction des Affaires Culturelles...). L’A.P.C. fonctionne aujourd’hui comme une société d’édition spécialisée en archéologie et patrimoine (architectural, ethnographique, littéraire, ...) et propose plusieurs collections (mémoires, cahiers, dossiers de pays chauvinois et memoria momenti : lettre trimestrielle du centre de documentation des musées de Chauvigny).